Que faire à Bangkok
Autres destinations

24 heures dans la capitale thaïlandaise : que voir à Bangkok ?

Chaque année, je constate que je n’aime pas les immenses villes pleines de circulation et de pollution. Je préfère les endroits moyens ou petits, où se déplacer d’un endroit à l’autre n’est pas un mal de tête ou une heure enfermé dans un taxi. Alors quand j’ai planifié mon prochain voyage en Asie du Sud-Est, en Thaïlande et au Laos, j’ai pensé qu’avec un jour, j’aurais plus qu’assez pour « subir » Bankgok, une porte et un passage obligatoire sur le chemin vers ces joyaux de temples et palais vestiges de l’ancien royaume du Siam. Si, comme moi, vous allez passer 24 heures dans la capitale thaïlandaise, je vous dirai comment en profiter au maximum : que voir à Bangkok en une journée sans rien manquer de l’essentiel malgré son chaos et sa folie.

Visite de Bangkok en une journée : incontournable de la capitale de la Thaïlande

Chaleur asphyxiante. Anarchie circulatoire entre motos, bus et tuk tuks. Les distances sont énormes dans la ville la plus peuplée du pays avec une zone métropolitaine de plus de 12 millions d’habitants. Une image de gratte-ciel modernes en verre entre lesquels passe le train du ciel en direction de l’aéroport contraste avec les étals de nourriture de rue où les grils à plein régime font rôtir toutes sortes d’aliments. Bangkok dans une première étincelle peut encombrer et confondre. Mais son amalgame de cultures où prévalent les Chinois et les Hindous – après les Thaïlandais – ne laisse pas indifférent.

C’est une métropole passionnante et cosmopolite qui ne dort jamais, dans laquelle il y a toujours mille projets à faire. Mais, comme je n’ai qu’un jour, nous allons sans tarder à Phra Nakhon. Le quartier central de Bangkok qui regroupe les monuments essentiels sur les rives du fleuve Chao Phraya.

Wat Pho : Le Bouddha couché

Un Grab me conduit de l’hôtel – situé à Makkasan – au parc Saranrom, à côté duquel se trouvent Wat Pho, le temple du Bouddha couché et le palais royal de Bangkok. Pour accéder au lieu sacré, il faut se couvrir les épaules et les genoux, comme dans tout temple bouddhiste, alors j’ai un mouchoir dans mon sac à dos. Pour les distraits : ils vendent des pantalons larges en tissu et toutes sortes d’écharpes à l’entrée, une activité plus que rentable en raison de la chaleur.

Après avoir payé les 200 Bahts, on entre dans l’un des principaux temples de Bangkok, érigé au 17ème siècle, bien avant que la ville soit la capitale du royaume. A l’intérieur de l’enceinte, où près d’une centaine de stupas sacrés sont distribués, les moines vivent et prient encore. Aussi, les praticiens de la première école de médecine thaïlandaise approuvée par le gouvernement dans les années 1950. Les fidèles se rassemblent pour entrer dans la salle Phra Vihara, où l’image impressionnante du Bouddha couché est conservée.

La statue du Bouddha couché de Wat Pho est la plus grande de Thaïlande. Couvert d’une feuille d’or, il mesure 46 mètres de long et 15 mètres de haut.

Le Grand Palais Royal de Bangkok

Mêmes règles, mais prix beaucoup plus élevé : 500 bahts (15€). Malgré la file d’attente et d’être certainement surpeuplé (est le monument le plus visité dans la capitale thaïlandaise) est une icône du pays et certainement un must à voir à Bangkok. Résidence royale jusqu’au milieu du XXe siècle et immense, est encore utilisée par la monarchie pour des événements importants et des actes de l’Etat comme couronnements, funérailles ou mariages royaux.

D’énormes gardiens au regard féroce gardent de longs couloirs avec d’exquises peintures murales. Il y a aussi ceux de chair et de sang – les gardes – qui gardent leur sang-froid sous un soleil de justice. Pagodes, statues de pierres chinoises et un grand Chedi doré pointant vers le cœur du Palais : là où tous les paroissiens et touristes doivent diriger leurs pas.

Le Temple du Bouddha d’Émeraude

L’intérieur du Palais Royal abrite le temple bouddhiste le plus important de Thaïlande : celui qui contient l’image du Bouddha d’émeraude, la principale icône religieuse du peuple thaïlandais. La dévotion autour d’une statue de petite taille mais de grande légende -ils disent qu’il est venu d’Inde en passant par le Laos- est palpable dans le grand tapis rouge sur lequel les gens prient avec un respect étonnant malgré le mouvement des personnes. Une image sacrée qui ne peut être photographiée.

Wat Arun : le temple de l’Aurore

De l’autre côté de la rivière – qui est traversée par un ferry de la jetée de Tha Tien par 4 bahts – se trouve l’un des plus beaux temples à voir à Bangkok : Wat Arun. Construite alors qu’Ayutthaya était encore la capitale de la Thaïlande, des coquillages et de la porcelaine chinoise très fine ont été utilisés pour décorer son prang de 90 mètres de haut représentant le Mont Meru : le centre du monde pour la cosmologie bouddhiste et hindoue.

Le marché aux fleurs

L’après-midi approche. Après avoir déjeuné dans un riche pad thaïlandais à côté du palais et après avoir visité Wat Arun, j’ai mis le cap sur le quartier chinois animé – à environ vingt minutes à pied. Mais avant d’atteindre l’emblématique rue Yaowarat, il vaut la peine de s’imprégner de l’esprit de Bangkok dans tous les souks et les marchés qui l’habitent. Où vous pouvez trouver n’importe quel gadget. Ma préférée : le marché aux fleurs, où les soucis ont l’air jaune, fleur thaïlandaise par excellence pour divertir Bouddha.

Un autre des endroits les plus populaires à voir à Bangkok est le marché flottant Damnoen Saduak. Peut-être trop touristique ces dernières années, car il est assez éloigné du centre ville, je vous recommande d’aller le voir si vous passez plus d’une journée à Bangkok.

Chinatown District à Bangkok

Si vous le pouvez, visitez Chinatown de jour comme de nuit : il est préférable d’arriver une demi-heure avant le coucher du soleil. L’agitation de ce quartier qui semble avoir été prise à partir d’une photo de Blade Runner au crépuscule, avec le vacillement des néons s’intensifie. Un dragon dansant au son d’un tambour. Des centaines de Tuk Tuks, coincés. Stalles d’insectes frits – qui ose les mordre ? – Le Chinatown de Bangkok est une hallucination, une authentique hyper stimulation des sens. Et il y a aussi de bons endroits, agréables et bon marché – si vous savez à quoi ressembler – comme Lek et Rut, pour le dîner.

Le marché nocturne de Patpong

Ces 24 heures se terminent par une visite express à Bangkok et il est obligatoire de visiter, bien qu’en passant, son marché nocturne animé. Le marché le plus populaire de Thaïlande se trouve peut-être dans le quartier très fréquenté de Silom. La plupart des touristes ne viennent pas ici pour magasiner, mais pour boire quelques bières dans les nombreuses boîtes de nuit et bars de rue avec de la musique qui prolonge la fête jusqu’après minuit.

Excitant, mondain et amusant, tout en maintenant un équilibre entre exotisme et modernité. Bangkok n’est peut-être pas la ville la plus facile à visiter, mais, comme un bon pad thaïlandais, elle laisse un bon goût dans la bouche du visiteur qui, après 24 heures, en redemande.

Hébergement à Bangkok : hôtel bien desservi par l’aéroport

En tant que ville de passage, au lieu de rester dans le centre-ville, j’ai opté pour un hôtel à Makkasan, juste à côté du Sky Train pour l’aéroport : D Varee Xpress Makkasan Hotel. Le lendemain, j’ai pris un vol tôt le matin pour Chiang Mai. Le confort et la rapidité ont récompensé ma décision. Si vous cherchez un hôtel dans un quartier précis je vous suggère la consultation de cet article.

Laisser un commentaire